mercredi 6 juin 2018

Ecosse: Un médecin suspendu après avoir causé la décapitation d'un bébé pendant l'accouchement

20 minutes avec agence
 
 — 
Un tribunal médical écossais jugeait jeudi 31 mai un litige morbide entre une docteure et une patiente ayant perdu son bébé lors de l’accouchement en mars 2014 en Écosse. Les juges ont conclu que les décisions de la spécialiste avaient « créé une succession d’éléments menant à la décapitation du bébé », rapporte The Guardian.
L’accouchement se présentait mal. Le col de l’utérus de la mère n’était pas assez dilaté. Le bébé prématuré présentait par ailleurs un rythme cardiaque bas et venait au monde les pieds en avant. La spécialiste en charge de l’accouchement a pourtant décidé de procéder par voie naturelle.

La mère avait tenté de s’opposer

Pour le collège de professionnels de santé, « la solution à envisager était une césarienne, compte tenu des risques ». Pendant l'accouchement, la femme de 30 ans a tenté de s’opposer aux choix du médecin, en disant : « Je ne le sens pas. Arrêtez. Que se passe-t-il ? Je ne veux pas le faire » et en tentant de se lever de son lit.
Mais la trentenaire n’a pas été écoutée. Le médecin a demandé à sa patiente de pousser tout en tirant sur les jambes du nouveau-né, provoquant la décapitation de ce dernier.

La tête recousue sur le corps

Une césarienne pratiquée par deux autres médecins a ensuite permis de sortir du ventre la tête du bébé. Cette dernière a alors été « recousue » sur le corps du petit garçon décédé pour que sa mère puisse le serrer dans ses bras une dernière fois, indique The Independent.
« Je suis bouleversée par la tournure qu’ont pris les événements et tellement désolée que tout ne se soit pas passé comme je le voulais », a déclaré la docteure en cause. Le jugement a déterminé que le bébé était décédé avant la décapitation. La spécialiste a été suspendue. D’autres sanctions lui seront communiquées prochainement.

Cyril Hanouna plombe les comptes de C8 avec son contrat à 50 millions d’euros par an

B.C.
   
 — 
Le fer de lance de C8 est-il aussi celui qui a percé son panier ? BFM Business détaille les pertes colossales subies par la chaîne du groupe Canal + en 2017 et les met en relation avec l’application du contrat que Cyril Hanouna a signé en 2016 avec C8 via sa société de production.
H20 doit fournir pour 50 millions d’euros de programmes à C8 par an selon ce contrat. Outre Touche pas à mon poste, la société de Cyril Hanouna a donc livré, entre autres, C que de la téléStrikeIci c’est LemoineIl en pense quoi CamilleL’œuf ou la pouleDerrière le poste

L’homophobie ne paye pas

TPMP est un succès, avec des audiences 2017 stables et des recettes publicitaires importantes. Elle rapporte de l’argent à C8 puisqu’un an d’émissions sont facturées 18 millions d’euros et en rapportent environ 60, toujours selon BFM Business. En revanche, les autres émissions produites par H20 pour C8 ont connu des succès mitigés. Conséquence : C8 a perdu 75 millions d’euros en 2017.
Avec le contrat qui la lie à Cyril Hanouna, la chaîne a augmenté de 46 % ses dépenses pour les programmes. Par ailleurs, les recettes de C8 ont plongé à cause d’une baisse d’audience globale en 2017, et à cause… des dérapages de Cyril Hanouna. Le canular homophobe diffusé en mai 2017 a fait fuir de nombreux annonceurs, puis a entraîné une sanction de la chaîne par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, qui prenait en compte d’autres dérapages de l’animateur. La suspension de la publicité pendant trois semaines aurait coûté 9,5 millions d’euros à C8 selon ses propres estimations, là où le CSA parle d’un manque à gagner de 1,5 million.

Affaire Théo: Pourquoi le jeune Aulnaysien et ses proches sont en garde à vue

C.Po.
   
 — 
  • Théo et des membres de sa famille ont été placés en garde à vue ce mardi matin.
  • Une information judiciaire a été ouverte contre X pour « escroquerie en bande organisée au préjudice d’un organisme chargé d’une mission de service public, abus de confiance et blanchiment ».
C’est l’affaire dans l’affaire. Alors que les investigations sur les violences subies par Théo Luhaka lors d’une interpellation musclée à Aulnay-sous-Bois sont toujours en cours, le jeune Aulnaysien a été interpellé ce mardi peu après 6 heures du matin dans une tout autre affaire. Il a été placé en garde à vue avec cinq proches, dont deux de ses frères, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte contre X pour « escroquerie en bande organisée au préjudice d’un organisme chargé d’une mission de service public, abus de confiance et blanchiment ». La garde à vue a été prolongée mardi soir et peut durer jusqu'à samedi matin. 

C’est quoi cette affaire ?

La PJ de Seine-Saint-Denis, en charge de l’enquête, s’intéresse à la gestion trouble de trois associations, parmi lesquelles Aulnay Events, dirigée par le frère aîné de Théo, Mickaël Luhaka, 34 ans. Une enquête préliminaire a été ouverte en juin 2016 – soit sept mois avant l’affaire de violences policières – à la suite d’un signalement de l’inspection du travail. En septembre 2017, le parquet de Seine-Saint-Denis décide finalement d’ouvrir une information judiciaire et de nommer un juge d’instruction.
L’association, dont le but est de lutter contre la violence en proposant diverses activités aux enfants d’Aulnay-Sous-Bois, aurait reçu entre janvier 2014 et juin 2016, 678.000 euros de subventions d’Etat par le biais de contrats d’avenir. Or, courant 2015, les inspecteurs du travail notent les premières irrégularités sur l’utilisation de ces subventions censées faciliter l’embauche : la majorité des salariés recrutés sous ces contrats n’auraient pas été payés et les cotisations à l’Urssaf pas réglées. Les enquêteurs notent également des virements à destination de plusieurs membres de la famille de Mickaël Luhaka. Selon Le Parisien, 170.000 euros auraient été versés sur les comptes de divers membres de la famille, dont 52.000 euros sur celui de Théo.
Les investigations cherchent désormais à déterminer si ces associations ont bien proposé des stages et autres activités à destination des jeunes Aulnaysiens ou si elles masquaient une escroquerie. Me Antoine Vey, l’avocat de Théo et de ses frères, plaide des erreurs de gestion. « Ces événements [sportifs] ont eu lieu. Sur le plan comptable, on n’y est peut-être pas mais l’Etat donne de l’argent et laisse ensuite ces associations sans contrôle, sans suivi. C’est regrettable », déplore-t-il dans les colonnes du Parisien.

samedi 2 juin 2018

Manifestations contre la fête des mères au Nicaragua et en plus devient mortél

Updated 0514 GMT (1314 HKT) June 1, 2018


     Des manifestants antigouvernementaux construisent une barricade pour défendre la             marche en faveur des «Mères d'avril» - dont les enfants sont morts lors de récentes        
     manifestations - lors de la Journée nationale des mères au Nicaragua.


Une marche en l'honneur des Nicaraguayens tués dans la violence entourant les récentes manifestations anti-gouvernementales s'est également terminée mercredi dans un bain de sang - la fête des mères du pays.
"Nous avons reçu de graves allégations de morts et de blessés graves résultant des violences d'aujourd'hui au Nicaragua", a déclaré mercredi le secrétaire exécutif de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), Paulo Abrao.

Nantes: Un père et son fils frappés par des élèves à la sortie du collège

F.B.
 — 
Déchaînement de violences jeudi à la sortie du collège Jean-Rostand à Orvault (Loire-Atlantique, près de la route de Vannes. Vers 16h30, un groupe d’une dizaine d’adolescents s’en prenait à un élève de 14 ans devant l’établissement. Le père de l’élève, qui venait le chercher en voiture, tenta de s’interposer et fut, lui aussi, pris à partie par le groupe, rapporte la police.
Les deux victimes furent transportées à l’hôpital. Le fils présente simplement des écorchures au visage et une lèvre coupée. Mais le père, âgé de 56 ans, souffre d’une fracture ouverte (tibia-péroné) à la jambe droite nécessitant une opération. Bilan : deux mois d’incapacité totale de travail (ITT).

Deux collégiens interpellés

Interrogé par la police, le père reconnut l’un des agresseurs, un ancien élève exclu du collège et âgé de 14 ans. Il fut interpellé peu de temps après, dans la rue, non sans avoir résisté aux policiers. Un autre collégien, âgé de 15 ans, présent lui aussi au moment de l’agression, fut arrêté vendredi matin.
L’enquête se poursuit. Seul un des deux ados arrêtés reconnaît les violences. Ils avancent également que l’élève victime avait insulté la mère d’un des jeunes sur les réseaux sociaux.

Vaucluse: Un parc d'attractions Spirou, Lucky Luke et Gaston Lagaffe ouvre en Provence

Mathilde Ceilles
 
 — 
Le choix de ces mascottes peut étonner, quand on sait qu’elles ne sont pas forcément connues des plus jeunes… La stratégie est toutefois assumée par le président du parc, Daniel Bulliard, qui cherche à attirer un public large. « L’ambition c’est un parc convivial et familial, à taille humaine, avec un univers. L’idée, c’est que les grands-parents, qui aimaient déjà Spirou, y amènent leurs petits-enfants, quand ils sont en vacances, explique-t-il. Or, il n’y a pas énormément d’offres pour eux dans la région. » La tarification prévoit ainsi des réductions pour les plus de 60 ans et les familles.

Un parc de quatre hectares

Les attractions installées suivent également cette stratégie, puisqu’elles sont toutes accessibles aux enfants d’1,30 m, et certaines dès 1,10 m. « Notre rollercoaster n’est pas réservé aux adolescents fanatiques, estime Daniel Bulliard. Au nombre de douze, nos attractions comprennent des manèges pour les plus petits, des montagnes russes mais aussi des attractions numériques en 3D.

France-Italie: C'est cadeau... On vous aide à prendre position dans l'inévitable débat Paul Pogba

Jean Saint-Marc
 
 — 
  • Trop nonchalant, rarement tranchant : Paul Pogba a été sifflé par le public niçois, ce vendredi, lors de la victoire des Bleus face à l'Italie (3-1).
  • Sera-t-il titulaire à la Coupe du monde ? La question se pose sérieusement, surtout que Tolisso signe des performances exceptionnelles.
  • 20 Minutes vous aide à trancher ce débat crucial. 
A l’Allianz Riviera (Nice),
La nuit est bien avancée. Depuis longtemps, déjà, les Bleus s’ambiancent en boîte ou discutent au calme avec leurs proches - ils ont quartier libre, ce week-end. Dans la salle de presse, les journalistes télé enchaînent les duplex, en faux-direct, pour les matinales. « Ouiiii, c’est LA question, après ce match :  Paul Pogba sera-t-il titulaire en Russie ? » Boum. La pog-lémique, si vous nous permettez une variante de cette vanne un peu usée.